Les femmes ont moins besoin de sexe que les hommes ?

Conseils en séduction
les femmes ont moins besoin de sexe que les hommes... Vrai ou faux ?

Les femmes ont moins besoin de sexe que les hommes ! Cette affirmation, nous l’avons tous entendue. On connaît la sempiternelle histoire de l’homme toujours au garde à vous et de la femme prétextant un mal de crâne pour justifier son absence de désir. Est-ce vrai ? La femme a-t-elle moins d’appétit sexuel que l’homme ? Une question de culture ou de genre ? Regardons ça de plus près.

L’hégémonie phallocratique pendant des siècles

Longtemps le désir sexuel de la femme a été tabou. Pour dire les choses crument, une femme exprimant ses pulsions était qualifiée de nymphomane ou encore de s…… Les hommes, eux, exposaient à qui veut l’entendre leur nombre de conquêtes, prouvant ainsi leur glorieuse virilité. De plus, la femme étant celle qui porte l’enfant et lui donne naissance, une image virginale (curieux paradoxe) s’est imposée. Il était alors évident de dire : oui, les femmes ont moins besoin de sexe que les hommes !

Ainsi on ne parlait pas des envies féminines situées en dessous de la ceinture et on mettait à l’honneur la puissance, la force, la vigueur des envies pulsionnelles du mâle. Et puisqu’on parle de ce qui se passe en dessous de la ceinture, on ne peut que faire allusion à la ceinture de chasteté, outil merveilleux créer par l’homme pour empêcher madame de faire des infidélités. Cette ceinture montre bien que les désirs sexuels des femmes n’étaient pas inexistants ! Il convenait donc de l’empêcher de les exprimer…  Ah les hommes et leur petitesse…

la ceinture de chasteté à été utilisée pour contrôler les désirs féminins

Sexualité féminine. Une histoire de culture ou de genre ?

On vient de le voir, la femme a été évincée dans le domaine concernant l’expression de ses envies sexuelles. Mais cette culture qui s’est mise en place peut-elle s’expliquer uniquement par la bêtise humaine ou s’appuie-t-elle, en fait, sur de véritables différences entre les deux sexes, entre l’homme et la femme ?

Il est très difficile de répondre à cette question. S’il est certain que l’homme a frustré la femme, l’a empêchée de vivre pleinement sa vie intime, on est en droit de se demander comment et pourquoi ce phénomène s’est mis en place dans toutes les sociétés humaines et ce à travers le monde. Mais une réponse tranchée et définitive existe-t-elle ?

L’homme est-il dominant par rapport à la femme ?

Dans son best-seller intitulé Sapiens, une brève histoire de l’humanité (édition Albin Michel), Yuval Noah Harari s’interroge sur ce que nous venons d’écrire : pourquoi dans toutes les cultures, qu’elles soient au nord, au sud, à l’est ou à l’ouest, l’homme a créé une société dominée par lui. Pourquoi, que l’on soit en Asie, en Afrique, en Europe ou ailleurs, l’homme s’est-il toujours positionné comme le dominant et a relégué la femme à des tâches subalternes ? Peut-on parler de hasard ?

Sa réponse est très intéressante. Pour lui, il est fort possible que l’homme ait été le dominant comme le lion domine naturellement la lionne. Bref que c’est la nature qui nous a conduit à ce type d’inégalité (rappelons que le concept d’égalité ou d’inégalité est une invention humaine). Que l’instinct a conduit le mâle a prendre le dessus sur la femelle. Mais il ajoute que la beauté de la race humaine, la force de son intelligence est, justement, d’arriver à l’égalité entre les sexes par…la culture ! Et c’est bien ce que nous vivons en ce XXIe siècle ou plutôt progressivement depuis le XVIIIe et la naissance du féminisme en passant par la libération sexuelle des années 60 durant le XXe siècle si on veut être précis…

Les hormones dans le sexe

Les hommes et les femmes n’ont pas les mêmes hormones sexuelles. Nous ne fonctionnons pas de la même manière dans le domaine intime. On le voit bien l’allaitement, la ménopause, les ovaires, tout ce qu’une femme connaît, l’homme, lui, les ignore. Et cela va dans les deux sens : les testicules, la testostérone très prononcée appartiennent au genre masculin et non à la femme. Tout ça conditionne l’attirance, l’envie de faire l’amour, la pulsion, la libido, etc. Nous avons donc tous en nous un fonctionnement qui conditionne notre vie sexuelle mais ce fonctionnement dépend de notre genre. Nous n’avons donc pas les mêmes « déclencheurs » dans le domaine du sexe. Mais cette différence induit-elle un « moins » ou un « plus » ? Cette différence peut-elle expliquer que les femmes ont moins de besoin de sexe que les hommes comme on le croit souvent ?

l'anatomie entre les hommes et les femmes permet-elle de répondre à la question : les femmes ont moins besoin de sexe que les hommes

L’homme ne saurait pas cerner le désir féminin

Autre aspect intéressant : selon une étude parue en 2016, la gent masculine aurait des difficultés à cerner les manifestations de désir chez les femmes. Ne voyant pas les signaux envoyés, ils auraient tendance à sous-estimer le désir sexuel féminin. Peut-on en conclure que les hommes et les femmes auraient les mêmes désirs, les mêmes besoins mais que l’homme ne saurait pas le percevoir chez les femmes et que les femmes auraient du mal à les affirmer, à les exposer ? On en revient à la culture…

Les femmes ont moins besoin de sexe que les hommes ? Conclusion

Ainsi, on le voit, il est difficile de répondre à cette question. Une histoire de culture, une histoire d’instinct, d’hormone ? Pas évident de trancher. Mais en fait, faut-il se tourner vers l’histoire, vers le passé pour répondre à cette question quand elle concerne notre propre gouverne, notre propre vie sexuelle ? Les pulsions, les envies appartiennent au domaine privé. N’est-ce pas à chacun d’entre nous  de discuter en couple, d’apprendre à se connaître, à respecter les besoins de chacun ? Pourquoi se demander si les femmes ont moins de besoin de sexe que les hommes ? Pourquoi se demander si les hommes ont plus besoin de sexe que les femmes. Chacun est différent. Et une vie de couple épanouit est une vie de l’instant présent, de la relation, du partage et du respect de ce qui fait l’autre.  Il convient peut-être alors de choisir une ou un partenaire selon ce que l’on est. Tout simplement.

D’autres lectures à découvrir :

“Faut-il coucher le premier soir ?” Voilà une étrange question dans sa formulation. Une horrible question même ! Un article dédié aux jeunes femmes qui subissent une pression sociétale alors qu’il s’agit de leur propre désir…

faut-il coucher le premier soir ? Voilà une question qui est mal posée !

Pas facile de se construire une nouvelle vie sentimentale quand on a des enfants ! Voici quelques conseils pour vous accompagner dans votre séduction.

blank

Rejoignez notre communauté